Est considéré comme « travailleur de nuit » tout salarié qui réalise entre 21 h et 6 h (sauf convention collective particulière) au moins :

  • 3 heures de travail de nuit par jour durant au moins 2 jours par semaine ou,
  • 270 heures de travail de nuit pendant une période de 12 mois consécutifs.

Le travail de nuit est souvent associé à d’autres postes à contrainte horaire comme le travail posté en 3×8.

Quels sont les métiers exposés ?

Les secteurs d’activité où il est nécessaire d’assurer une continuité de service/production, ou d’exécuter des tâches en limitant l’impact sur l’activité diurne de la population (ex : BTP), sont directement concernés, notamment :

  • Secteur des soins, urgences, sécurité civile, ambulances,
  • Hôtellerie, restauration, boulangerie,
  • Métiers du spectacle, de l’animation, discothèques,
  • Opérateurs de production dans l’industrie,
  • Logistique et transport,
  • Maintenance et dépannage, hotlines,
  • Secteur de l’énergie,
  • Surveillance et sécurité des biens et des personnes,
  • Collecte des ordures.
QUELLES CONSÉQUENCES ?
OBLIGATIONS POUR L'EMPLOYEUR
COMMENT AMÉLIORER LA SITUATION DE TRAVAIL ?
Print Friendly, PDF & Email
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn