L’ACST dispose de matériel médical performant afin de réaliser des examens complémentaires qui permettent de conseiller le salarié et de l’orienter pour des soins adaptés, si nécessaire.

De nombreux examens complémentaires sont réalisés dans nos centres médicaux, en fonction des risques professionnels auxquels les salariés sont exposés.

  • Bruit : une audiométrie en conduction aérienne peut être réalisée, éventuellement complétée par une épreuve de Rinne et/ou de Weber grâce à un diapason. L’examen peut également comprendre une otoscopie.
  • Troubles musculo-squelettiques : la mesure de l’angle de flexion/extension des articulations par goniométrie peut être réalisée. Une dynamométrie permet d’évaluer la force de préhension de manière comparative dans le temps.
  • Produits chimiques : des tests de dépistage urinaire par bandelettes semi-quantitatives permettent de rechercher la présence de protéines, de sang ou de sucre dans les urines.
  • Aéro-contaminants (poussières, aérosols, fibres…) : une spirométrie peut être réalisée afin de mettre en évidence un asthme ou d’autres répercussions sur la fonction respiratoire. Un suivi peut également être réalisé sur une période de 3 semaines en mettant à la disposition du salarié un peak-flow.
  • Fumées de combustion et monoxyde de carbone (CO) : une évaluation du CO dans l’air expiré (COtest) permet de connaître le niveau d’intoxication ou d’imprégnation au CO lors d’une campagne de mesurage ciblée.
  • Conduite d’engins et de véhicules : l’échelle de Monoyer permet d’apprécier la performance visuelle de loin. Ce test peut être complété par des tests visuels automatisés (ergovision, visiotest), permettant d’apprécier également le champ visuel périphérique. La vision des couleurs peut être évaluée par l’échelle d’Ishiara.
  • Travail sur écran : l’échelle de Parinaud permet une mesure de la performance en vision de près, complétée par la recherche d’un astigmatisme sur le cadran de Parent et d’un trouble des phories (point dans la grille). Un trouble de la réfraction ou des phories peut être dépisté, source de fatigue visuelle et de maux de tête.
  • Poste de sécurité / travailleur isolé : enfin, en cas de présence de sucre dans les urines, un dextro ou  glycémie par prélèvement capillaire permet de dépister un diabète débutant passé inaperçu jusque-là, pour une prise en charge précoce.

D’autres examens complémentaires, rendus nécessaires par l’exposition à certains risques professionnels ou nécessaires à la détermination de l’aptitude, peuvent être prescrits et réalisés en-dehors de nos centres médicaux : radiologie, échographie, bilan sanguin, biotoxicologie…

Tous ces examens complémentaires entrent dans le cadre de notre prestation forfaitaire et sont pris en charge par le service de santé au travail, sans coût supplémentaire pour l’adhérent.

Restent à la charge de l’adhérent, uniquement les examens en rapport avec :

  • l’exposition au risque biologique (sérologies),
  • les examens réalisés pour les salariés exerçant en établissements médico-sociaux,
  • le travail de nuit.

Voir les règles de prise en charge des examens complémentaires

Print Friendly, PDF & Email
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn